mardi 27 avril
20h30

Durée : 40 min + 40 min

6/12/17 €

La Fuite et De la puissance virile

 

 La Fuite 


Malgré lui, Actéon, le chasseur, surprend Diane prenant son bain. La déesse lui jette un terrible sort qui le transforme lentement en cerf. Traqué, il fuit, passant de la condition d’être humain à celle d’animal sauvage.

Lionel Bègue s’empare de cette tragique métamorphose pour questionner la transformation perpétuelle du corps humain, le corps vieillissant, le corps accidenté. Sur scène, il glisse de l’homme à la bête, de la présence à l’effacement. La beauté infinie de la musique de Arnold Schoenberg, La Nuit transfigurée, vient en contrepoint suggérer à la fois la forêt, le danger, la magie.

Dans cette première pièce en tant que chorégraphe, Lionel Bègue envisage
le vieillissement et l’obsolescence du corps comme un véritable moteur créatif.
Son interprétation est remarquable, sensible et vive
.
 

 De la puissance virile 

Être danseur professionnel aujourd’hui, qui plus est, quand on est un homme issu de milieu populaire, qu’est-ce que cela implique ? Les médias véhiculent des stéréotypes de mecs virils à longueur de pellicule, la société les alimente autant qu’elle les dénonce. Comment se construire, exister devant ces injonctions, peut-on s’imposer dans ce milieu en étant soi-même ?

Le corps athlétique, puissant reste-t-il la seule voix ? Un danseur peut-il trouver les parades à la gêne, au désir d’être lui-même, face à une certaine honte sociale et de n’être finalement qu’un surhomme capable de prouesses ?

Dans cette pièce, les danseurs déconstruisent le mythe de la virilité, les injonctions et les stéréotypes de notre société en les distordant.

 

Avec l'aide à la diffusion de l'OARA pour le spectacle De la puissance virile 



La Fuite
Chorégraphie et interprétation : Lionel Bègue. Création lumière : Annie Leuridan. Regards complices : Camille Revol, Julie Coutant, Gilles Baron. Musique : « La Nuit transfigurée » d’Arnold Schoenberg, par le Juilliard String Quartet.
Son additionnel : Thomas Sillard. Production déléguée : Le Bateau Feu-Scène nationale Dunkerque. Coproduction : La Plateforme-Cie Samuel Mathieu, TÉAT Réunion-Théâtres départementaux de La Réunion et le Théâtre Canter, accueil studio-Ballet du Nord-Centre Chorégraphique National de Roubaix Hauts-de-France. P
rêt de studio : Le Centre National de la Danse-Lyon. Ce spectacle est soutenu par le Ministère de la Culture-DRAC Hauts-de-France et par la SPEDIDAM.
© Angélique Lyleire

De la puissance virile
Chorégraphie et mise en scène: Alexandre Blondel. Avec en alternance : Iesu Escalante / Maxime Herviou / Nais Haidar et Phynox Noxson. Musicien : Romain Serre. Regard sociologique : Pierre-Emmanuel Sorignet. Administration : Anne Charlotte Mary. Développement et diffusion : Florence Chérel-MYND Productions. Production : Cie Carna. Soutiens à la création : Théâtre de Thouars-Scène conventionnée, École Nationale de Cirque de Châtellerault. La Cie Carna est conventionnée avec la Ville de Partenay, le département des Deux-Sèvres et la Région Nouvelle-Aquitaine.
© Sarah Bellanger