Théâtre Infos pratiques Les +

 

Vendredi 6 février 2015 | 20h30

Durée : 1h45

Au but

Cie laBase - Dorothée Sornique

De Thomas Bernhard
Recréation 2015

 

Depuis trente-trois ans, chaque année, à la même date, à la même heure, par le même train, la Mère, obsessionnelle, et la Fille, soumise, partent au bord de la mer passer l'été dans la maison familiale. La Fille prépare les mêmes vieux bagages inutiles, la Mère, lasse, ressasse les mêmes souvenirs. Elles ont assisté la veille à la pièce à succès, Sauve qui peut, d'un jeune auteur dramatique qui "remue la misère et jette à la tête des gens leur propre saleté du haut de la scène". Elles décident exceptionnellement d'inviter l'auteur à venir se reposer et réfléchir à sa prochaine pièce dans leur maison de Katwijk. Déjà la mère regrette son invitation…

La Cie laBase, propose une recréation de cette pièce, avec une distribution renouvelée et un timing resserré. Dans cette proposition, le personnage de l'auteur-metteur en scène et son régisseur construisent à vue la pièce, en modifient la chronologie, manipulent et expérimentent les sons, les images, la lumière pour mieux bousculer le huis clos de la Mère et la Fille. Une œuvre rare et noire du maître de la haine de soi, au verbe si particulier, trempée dans un bain numérique et séchée sur le radiateur d'un solide sens de l'illusion théâtrale.

Texte français de Claude Porcell (1987), éditions l'Arche. Mise en scène : Dorothée Sornique | Avec : Mahé Frot (la mère), Edith Gambier (la fille), Emmanuel Reveneau (le régisseur) & Arnaud Frémont (l'auteur). Création vidéo et sonore : Emmanuel Reveneau | Scénographie et costumes : Marie-Edith Leyssène. | Assistant décorateur : Gonzalo Ortiz | Lumière : Eric Seldubuisson I Conception numérique : Jean-François Domingues | Au but a reçu l'aide à la création de la Région Poitou-Charentes, du Conseil Général de la Vienne et de l'Adami, le soutien de la Ville de Châtellerault, de Brionne Industrie et de l'Assemblée Nationale | La Cie laBase est subventionnée par la Ville de Châtellerault.
© Laure Sornique